D’une mythologie l’autre. Troubles dans le genre allégorique louis-quatorzien - Normandie Université Access content directly
Journal Articles Etudes Epistémè : revue de littérature et de civilisation (XVIe - XVIIIe siècles) Year : 2021

Allegorical Ambiguities: The Evolution of Mythological Entertainments at the Court of Louis XIV

D’une mythologie l’autre. Troubles dans le genre allégorique louis-quatorzien

Abstract

Show politics are an integral part of Louis XIV’s reign. The monarchy managed to enslave the arts and create a continuity from court ballet through comedy-ballet and machine tragedy, to tragedy in music. This paper will explore the limits of propagandist drama at the Sun King’s court and the porosity between official and unofficial art (mazarinades, songs) by focusing on two emblematic productions: Benserade's Ballet royal de la Nuit (1653), performed in the early years of Louis XIV’s reign, and Armide (1686), Lully and Quinault’s last work. It will analyse how spectacle can resist the univocity of political agendas, how the well-oiled machine of propaganda occasionally stops or stumbles, how discrepancies arise between political agenda, allegorical reading and performance. This mismatch between intended allegory and actual reception is rooted in multiple and complex causes, which may be internal or external and relate to the general context (historical, political, religious) or to specific power struggles that the king had to take into account.
La politique-spectacle est consubstantielle au règne de Louis XIV. La monarchie propagandiste du roi Soleil a su asservir les arts et créer une continuité du ballet de cour jusqu’à la tragédie en musique, en passant par la comédie-ballet et la tragédie à machines. Ce sont les limites de cette « dramaturgie au service du Prince » et la porosité entre art officiel et art non-officiel (mazarinades, chansons) que nous proposons ici d’interroger à travers l’exemple des cas emblématiques que sont notamment le Ballet royal de la Nuit (1653) de Benserade, à l’orée du règne du Roi-Soleil, et Armide (1686), dernière œuvre de Lully et Quinault. Il s’agit de voir comment le spectacle peut résister à l’univocité du sens, comment la belle machine de la politique-spectacle s’enraye ou achoppe, les cas de tension ou de discordance entre volonté politique, lecture allégorique et représentation scénique. Les causes de la dés-adéquation entre le sens allégorique et la réception des œuvres sont multiples et complexes, internes ou externes, liées au contexte (historique, politique, religieux) ou aux rapports de force avec lesquels le roi doit composer.

Dates and versions

hal-03317903 , version 1 (08-08-2021)

Identifiers

Cite

Judith Le Blanc. D’une mythologie l’autre. Troubles dans le genre allégorique louis-quatorzien. Etudes Epistémè : revue de littérature et de civilisation (XVIe - XVIIIe siècles), 2021, Le Sens des formes dans l’Europe d’Ancien Régime, ⟨10.4000/episteme.10904⟩. ⟨hal-03317903⟩
47 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More