Caractéristiques et prise en charge du syndrome Uvéite-Glaucome-Hyphéma - Normandie Université Access content directly
Journal Articles Journal Français d'Ophtalmologie Year : 2020

Characteristics and management of Uveitis-Glaucoma-Hyphema syndrome

Caractéristiques et prise en charge du syndrome Uvéite-Glaucome-Hyphéma

Abstract

Introduction: Uveitis-Glaucoma-Hyphema syndrome (UGH) is caused by mechanical chafing of anterior segment structures by an intraocular lens, especially an anterior chamber lens. The objective of this study was to characterise the clinical course and risk factors of UGH syndrome at a time when posterior chamber implantation is the gold standard. Patients and methods: This was a retrospective study of 30 cases of UGH syndrome managed between January 2014 and September 2018. Data from the initial clinical examination, the type of implant involved and the clinical management were analysed. Results:Thirty eyes of 28 patients were included. Intra ocular lenses were iris-sutured (15/30, 50 %), in the bag (6/30, 20 %), scleral-fixated (4/30, 13.3 %), in the ciliary sulcus (3/30,10 %) or “in and out” (2/30, 6.7 %). Initial management was medical (18 eyes) or surgical (12 eyes). Surgical procedures were explantation (n = 4), IOL repositioning (n = 7) or trabeculectomy (n = 1). Recurrences occurred with medical treatment (9/18), but not in the surgical group (p = 0.02). Ocular hypertension became chronic in 19 cases out of 30 (63.3 %). Conclusion: UGH syndrome can be caused by any type of pseudophakic lens. An intraocular lens in the bag should not rule out the diagnosis. Despite the decreasing popularity of anterior chamber intraocular lens implantation, UGH syndrome remains a current condition and must be recognised in order to adapt therapeutic management.
Introduction: Le syndrome Uvéite-Glaucome-Hyphéma (UGH) est causé par le frottement d’un implant intraoculaire sur les structures du segment antérieur. Les implants de chambre antérieure en étaient de grands pourvoyeurs. Le but de cette étude a été de caractériser l’évolution et les facteurs prédisposants du syndrome UGH à l’heure où l’implantation en chambre postérieure est la règle. Patients et méthodes: Il s’agissait d’une étude rétrospective monocentrique de 30 cas de syndromes UGH pris en charge entre janvier 2014 et septembre 2018. Les données de l’examen clinique initial, le type d’implant incriminé et la prise en charge ont été analysés. Résultats: Trente yeux de 28 patients ont été inclus. Les implants responsables étaient suturés à l’iris (15/30, 50 %), placés dans le sac (6/30, 20 %), suturés à la sclère (4/30,13,3 %), positionnés dans le sulcus (3/30,10 %) ou avaient une position « in and out » (2/30, 6,7 %). La prise en charge initiale a été médicale (18 yeux) ou chirurgicale (12 yeux). Les procédures chirurgicales ont consisté en une explantation (n = 4), un repositionnement de l’implant (n = 7) ou une trabéculectomie (n = 1). Les récidives sont survenues avec le traitement médical (9/18), sans récidive dans le groupe chirurgical (p = 0,02). L’hypertonie oculaire s’est chronicisée dans 19 cas sur 30 (63,3 %). Conclusion: Tous les types d’implantation peuvent être responsables d’un syndrome UGH. Un implant dans le sac ne doit pas faire éliminer le diagnostic. Le syndrome UGH reste d’actualité et doit être reconnu pour adapter la prise en charge thérapeutique
Fichier principal
Vignette du fichier
1-s2.0-S0181551220300097-main_edit (1) (1).pdf (965.09 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02955683 , version 1 (06-10-2020)

Identifiers

Cite

M. Duchêne, C. Iscar, M. Muraine, J. Gueudry. Caractéristiques et prise en charge du syndrome Uvéite-Glaucome-Hyphéma. Journal Français d'Ophtalmologie, 2020, 43 (3), pp.205-210. ⟨10.1016/j.jfo.2019.07.030⟩. ⟨hal-02955683⟩
104 View
1359 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More