“Sauver la planète ou manger plus de légumineuses ?” Étude de l’identification des raisons et des moyens de réduire sa consommation de viande pour mieux comprendre l’intention de le faire - Normandie Université Access content directly
Conference Papers Year : 2023

“Sauver la planète ou manger plus de légumineuses ?” Étude de l’identification des raisons et des moyens de réduire sa consommation de viande pour mieux comprendre l’intention de le faire

Abstract

« Sauvez la planète », « préserver sa santé » et « réduire la maltraitance animale » représentent les principales raisons de limiter sa consommation de viande. Elles sont mobilisées dans de nombreuses études comme leviers d’action pour inciter les personnes à entamer cette réduction (Kwasny et al., 2022). Cependant, décrire les raisons de limiter sa consommation de viande est-il plus efficace que de présenter les moyens dont on dispose pour le faire ? L’étude présentée se propose d’apporter des éléments de réponse à cette question. La théorie de l’identification de l’action (TIA, Vallacher & Wegner, 1987) soutient que plusieurs niveaux d’identification d’une même action sont envisageables : le haut niveau correspond au « pourquoi » une action est réalisée (e.g. manger moins de viande pour préserver l’environnement) et le bas niveau au « comment » l’action est effectuée (e.g. manger moins de viande en faisant un planning prévisionnel). Les principaux déterminants du choix d’identification sont le contexte, l’expérience personnelle et, surtout, la difficulté perçue de l’action (Vallacher & Wegner, 1987). L’hypothèse « d’optimalité de la performance » (Vallacher et al., 1989) permet de prédire que lorsque l’action est perçue comme difficile, l’individu se focaliserait sur les moyens, facilitant son implémentation, alors qu’il se centrerait davantage sur les raisons le reste du temps. Si cette hypothèse a été vérifiée dans divers domaines (e.g. les performances académiques, Mange et al., 2013), elle l’a très peu été dans le domaine des comportements pro-environnementaux et jamais, à notre connaissance, pour favoriser la réduction de la consommation de viande. Or, cette dernière est une des pratiques les moins fréquentes et jugée des plus difficiles parmi les écogestes (Langlais et al., 2022). Par conséquent, la présente étude vise à investiguer les liens entre le niveau d’identification attribué à la réduction de la consommation de viande, la difficulté perçue de cette réduction et l’intention de manger moins de viande. Premièrement, conformément à la TIA, nous nous attendons à ce que les identifications de l’action soient regroupées en plusieurs facteurs de haut niveau et en un unique facteur de bas niveau (H1). Deuxièmement, nous nous attendons d’une part à observer un effet négatif de la difficulté sur l’intention, dans le sens où plus le fait de limiter sa consommation de viande sera perçu comme difficile, moins l’intention de le faire sera élevée (H2a). D’autre part, en incluant le niveau d’identification comme médiateur, nous nous attendons à observer un effet indirect positif, opposé à l’effet direct (i.e. cas de médiation compétitive), dans le sens où plus l’action sera jugée difficile, plus elle sera identifiée en termes de moyens et plus l'intention sera élevée (H2b, hypothèse « d’optimalité »). 592 étudiants inscrits en licence de Psychologie à l’Université d’Aix-Marseille ou de Caen ont été recrutés pour répondre à un questionnaire en ligne sur leurs pratiques alimentaires. 482 répondants constituent notre échantillon final (408 femmes, mâge = 19,2 ; s = 1,41). Ce questionnaire (voir le détail des mesures via le pré-enregistrement : https://osf.io/ne2m5) contenait tout d’abord une échelle d’identification de l’action « limiter sa consommation de viande » dont les items (k = 28) ont été sélectionnés lors d’un prétest (n = 41). Ici, les participants évaluaient dans quelle mesure chaque proposition décrivait l’action de manière appropriée. La difficulté perçue de l’action était mesurée au moyen des cinq indicateurs de maintien de l’action (difficulté, familiarité, complexité, temps d’apprentissage et d’exécution, cf. Vallacher & Wegner, 1987). L’échelle d’intention était composée de trois items correspondant à la volonté de manger moins de viande de manière générale, lors des repas chez soi et à l’extérieur. Le questionnaire s’achevait par une mesure de la consommation effective de viande. Une analyse factorielle exploratoire a été réalisée sur l’ensemble des items de l’échelle d’identification de l’action pour identifier les dimensions d’identification, « raisons » et « moyens », associées à la réduction de la consommation de viande (H1). Il en ressort une structure à quatre dimensions, expliquant 49% de la variance. Comme attendu, trois facteurs sont constitués d’items correspondant aux raisons de manger moins de viande, incluant les raisons « environnementales » (e.g. « limiter les émissions de CO2 »), « de santé » (e.g. « avoir une alimentation équilibrée », et « animales » (e.g. « réduire la maltraitance envers les animaux » ). Le dernier facteur rassemble des items correspondant aux moyens d’action (e.g. « trouver des substituts »). Une seconde analyse a testé l’effet médiateur de l’identification des « moyens » sur le lien entre difficulté perçue et intention de manger moins de viande (H2). Elle indique un effet direct négatif de la difficulté sur l’intention (β = -0,50, 95% IC[-0,59 ; -0,42], p <.001) mais également, de façon contraire à H2, un effet indirect négatif (β = -0,07, 95% IC[-0,10 ; -0,04], p <.001). Plus l’action est jugée difficile, moins les participants identifient de moyens et moins ils indiquent avoir l’intention de manger moins de viande. En testant de façon exploratoire, et complémentaire au facteur « moyens », les rôles médiateurs des trois facteurs « raisons », les résultats indiquent un effet indirect significatif des « raisons de santé » (β = -0,05, 95% IC[-0,08 ; -0,02], p =.002) et tendanciel des « raisons environnementales » (β = -0,02, 95% IC[-0,05 ; -0,00], p =.064). Ainsi, moins les participants perçoivent l’action comme difficile, plus ils identifient à la fois les raisons et les moyens de manger moins de viande. Enfin, nous avons réalisé de façon exploratoire une analyse en cluster incluant les quatre facteurs d’identification de l’action. L’analyse révèle quatre profils dont deux se distribuent effectivement sur le continuum d’identification de l’action correspondant aux fondements de la TIA. Les identifiants à bas niveau (30,1%) présentent des scores élevés sur les facteurs « moyens » et « raisons animales » alors que les identifiant à haut niveau (15,4%) présentent des scores élevés sur les facteurs « raisons environnementales » et « de santé », ces deux profils ne se distinguant pas au niveau de l’intention de manger moins de viande et de la difficulté perçue. L‘analyse révèle également deux autres profils plus surprenants vis-à-vis de la TIA. Les « convertis » (44,7%) qui identifient à la fois les raisons et les moyens de manger moins de viande et présentent une intention élevée de limiter leur consommation associée à une faible perception de difficulté. Ils s’opposent aux « résistants » (9,8%) qui identifient peu les raisons et moyens de manger moins de viande et présentent la plus faible intention de réduire cette consommation. Si nos résultats ne vont pas dans le sens des hypothèses formulées à partir de la TIA, ils soulignent cependant l’importance d’amener les personnes à identifier tout autant les raisons que les moyens de manger moins de viande pour favoriser l’intention de le faire. La discussion portera sur : i) les limites et perspectives de l’application de l’hypothèse d’optimalité pour favoriser l’engagement dans des écogestes pour lesquels la notion de performance est difficilement applicable, ii) les implications pour la TIA de la mise en évidence de profils capables d’identifier simultanément l’action à bas et à haut niveau et enfin, iii) l’intérêt de recourir à la fois aux raisons et aux moyens pour optimiser l’efficacité des campagnes de sensibilisation.
No file

Dates and versions

hal-04455175 , version 1 (13-02-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04455175 , version 1

Cite

Camille Langlais, Christophe Demarque, Mauduy Maxime, Cécile Sénémeaud. “Sauver la planète ou manger plus de légumineuses ?” Étude de l’identification des raisons et des moyens de réduire sa consommation de viande pour mieux comprendre l’intention de le faire. 16ème Colloque Jeunes Chercheurs et Jeunes Chercheuses de l’ADRIPS, Association pour la Diffusion de la Recherche Internationale en Psychologie Sociale (ADRIPS), Jun 2023, Toulouse, France. ⟨hal-04455175⟩
14 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More