Cet “affamement d’un amour de la nature qui ne se rassasie jamais”. Paysages et paysagistes dans la critique d’art de Barbey d’Aurevilly - Normandie Université Access content directly
Journal Articles La Revue des Lettres Modernes Year : 2022

 Cet “affamement d’un amour de la nature qui ne se rassasie jamais”. Paysages et paysagistes dans la critique d’art de Barbey d’Aurevilly

Julie Anselmini

Abstract

Le paysage, quoiqu’il occupe une place marginale dans la critique d’art de Brbey, n’est pas à ses yeux un genre mineur, dès lors qu’il est rehaussé par l’originalité, l’intensité, l’énergie et la spiritualité. Le paysagiste de génie (tel Théodore Rousseau ou Jean-François Millet), dans son affamement de la nature et son acharnement passionné à la scruter et à la peindre, apparaît comme un idéal de l’écrivain-critique ; le paysage, comme le modèle sensible, exigeant, d’une possible écriture.
No file

Dates and versions

hal-04032651 , version 1 (16-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04032651 , version 1

Cite

Julie Anselmini.  Cet “affamement d’un amour de la nature qui ne se rassasie jamais”. Paysages et paysagistes dans la critique d’art de Barbey d’Aurevilly. La Revue des Lettres Modernes, 2022, 9. Le paysage, 25, pp.59-75. ⟨hal-04032651⟩
15 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More