L’ankylose temporo-mandibulaire - Normandie Université Access content directly
Journal Articles Revue de Stomatologie, de Chirurgie Maxillo-faciale et de Chirurgie Orale Year : 2016

L’ankylose temporo-mandibulaire

Abstract

Ankylosis of the temporomandibular joint is defined as a permanent constriction of the jaws with less than 30 mm mouth opening measured between the incisors, occurring because of bony, fibrous or fibro-osseous fusion. Resulting complications such as speech, chewing, swallowing impediment and deficient oral hygiene may occur. The overall incidence is decreasing but remains significant in some developing countries. The most frequent etiology in developed countries is the post-traumatic ankylosis occurring after condylar fracture. Other causes may be found: infection (decreasing since the advent of antibiotics), inflammation (rheumatoid arthritis and ankylosing spondylitis mainly) and congenital diseases (very rare). Management relies on surgery: resection of the ankylosis block in combination with bilateral coronoidectomy… The block resection may be offset by the interposition temporal fascia flap, a costochondral graft or a TMJ prosthesis according to the loss of height and to the impact on dental occlusion. Postoperative rehabilitation is essential and has to be started early, to be intense and prolonged. Poor rehabilitation is the main cause of ankylosis recurrence.
L’ankylose de l’articulation temporo-mandibulaire est définie comme une constriction permanente des mâchoires avec ouverture buccale inférieure à 30 mm mesurée entre les incisives, survenant en raison d’une fusion osseuse, fibreuse ou fibro-osseuse. Il en découle des complications à type de troubles de l’élocution, de la mastication, de la déglutition et un défaut d’hygiène buccodentaire. L’incidence globale est en diminution mais reste encore importante dans certains pays en voie de développement. L’étiologie la plus fréquemment retrouvée dans les pays dits développés est l’ankylose post-traumatique dans un contexte de fracture du condyle. D’autres étiologies sont possibles : infectieuses (en baisse depuis l’avènement des antibiotiques), inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante notamment) et congénitales (très rares). La prise en charge est toujours chirurgicale : résection du bloc d’ankylose, associée à une coronoïdectomie bilatérale… La résection du bloc peut être compensée par l’interposition d’un lambeau de fascia temporal, d’une greffe chondrocostale ou encore d’une prothèse d’ATM en fonction de la perte de hauteur et de la répercussion sur l’articulé dentaire. La rééducation postopératoire est indispensable, précoce, intense et prolongée. Une rééducation mal conduite est la cause principale de la récidive.
No file

Dates and versions

hal-03129724 , version 1 (03-02-2021)

Identifiers

Cite

H. Bénateau, A. Chatellier, A. Caillot, D. Diep, J.-D. Kün-Darbois, et al.. L’ankylose temporo-mandibulaire. Revue de Stomatologie, de Chirurgie Maxillo-faciale et de Chirurgie Orale, 2016, 117 (4), pp.245-255. ⟨10.1016/j.revsto.2016.07.001⟩. ⟨hal-03129724⟩
94 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More