De la fin d’un monde à la fin du monde - Normandie Université Access content directly
Journal Articles Kentron, revue du monde antique et de psychologie historique Year : 1996

De la fin d’un monde à la fin du monde

Abstract

Calamities and the end of the world in ancient greek thought The mythical theme of calamities, mainly of a world ending in fire and / or water, pervades ancient greek thought. The key figures in Greece are Deucalion and Pyrrha as well as Phaethon. This motif was handed down from the eastern world (Mesopotamia, the Biblical world and Iran). Surprisingly, no trace of an apparently similar idea- the end of the world- appeared before the 3rd century B. C.. (Actually, these two motifs are poles apart, since the first one makes humanity move from a mythical to an historical time, whereas the second one makes humanity move from the historical era to an everlasting world, somehow mythical). The notion of a cataclysmic end to the universe originated in eastern religious and mythical thought (both Biblical and Iranian) which, albeit difficult to disentangle, seems underpinned by approaches to religion that are far different from greek polytheism with its accompanying implications. Hence the coexistence in greek literature from the 2nd century B. C. onwards of motifs of the end of a world and the end of the world. This can be accounted for through those oriental sources which gradually found their way into greek thought for both historical and ideological reasons (especially during the hellenistic period). The theme of the end of the world gained increasing popularity with the beginnings of christianity.
La pensée grecque ancienne accorde une place importante au thème mythique des fléaux, principalement à la fin d'un monde par le feu et/ou par l'eau, dont les figures marquantes sont - en Grèce- Phaéthon d'une part, Deucalion et Pyrrha d'autre part. Ce motif est un héritage du monde oriental (Mésopotamie, monde biblique et Iran). On peut s'étonner en revanche qu'aucune trace d'une idée apparemment voisine, celle de la fin du monde, n'apparaisse avant le troisième siècle avant notre ère. (En réalité, ces deux motifs sont opposés, puisque l'un fait généralement passer l'humanité d'un temps mythique au temps historique, tandis que le second fait entrer l'humanité de l'ère historique dans un monde éternel, mythique en quelque sorte). C'est que la conception d'une fin radicale de l'univers doit sa naissance aux pensées religieuses et mythologiques orientales (bibliques et iraniennes), dont l'écheveau est fort complexe à démêler et qui s'appuient sur des approches du religieux en totale opposition avec le polythéisme grec et ses implications. Dès lors, la coexistence, à partir du deuxième siècle, des motifs de la fin d'un monde et de la fin du monde dans la littérature grecque peut se comprendre à la lumière de ces sources orientales auxquelles s'adapte progressivement la pensée grecque, pour des raisons historiques et idéologiques ( la période hellénistique est capitale à cet égard ) et le thème de la fin du monde prend un essor tout particulier aux débuts du christianisme.
No file

Dates and versions

hal-02889778 , version 1 (12-07-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02889778 , version 1

Cite

Christine Dumas-Reungoat. De la fin d’un monde à la fin du monde. Kentron, revue du monde antique et de psychologie historique, 1996, 2, pp.73-123. ⟨hal-02889778⟩
38 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More