Quand tombe la frontière... Appropriation mémorielle et processus de patrimonialisation du "Mur de l'Atlantique" en Basse-Normandie - Normandie Université Access content directly
Journal Articles In Situ : Revue des patrimoines Year : 2019

When the frontier falls… The Atlantic Wall in the Basse-Normandy region, appropriation by the collective memory and recognition as heritage

Quand tombe la frontière... Appropriation mémorielle et processus de patrimonialisation du "Mur de l'Atlantique" en Basse-Normandie

Abstract

Military conflicts can bring sudden and radical changes to the concept of the frontier, sometimes leading to the rapid construction of fortifications, such as the coastal defenses erected in Western Europe by the Germans from 1940, known as the ‘Atlantic Wall’. This architectural structure fulfilled a defensive function and furnished propaganda material for the Nazi regime. Over the decades since the war, this heritage dating from the dark hours of the Occupation has seen a continuous process of recognition as heritage, helped along by the development of memory tourism as part of the region’s development strategies. This article proposes to take a new look at how these vestiges are managed, by focusing in particular on the beaches of the D-Day landings and the future of the Atlantic Wall in Normandy. It intends to draw attention to the initiatives of the public authorities, and especially of the historic monuments administration, since the end of the Second World War. From reusing available buildings in a region devastated by the fighting to the need for places of memory, this article examines the various factors which have contributed to the progressive heritagisation of these vestiges.
Par le jeu des conflits militaires, la notion de frontière a pu évoluer radicalement, conduisant parfois à l’édification rapide de fortifications, à l’image des défenses côtières construites dès 1940 en Europe occidentale par les forces allemandes et popularisées sous le vocable de « mur de l’Atlantique ». Cette réalisation architecturale a assuré une fonction défensive tout en fournissant matière à propagande au régime nazi. Au fil des décennies, ce legs des heures sombres de l’Occupation est entré dans un processus continu de patrimonialisation, porté par le développement du tourisme de mémoire dans le cadre d’une stratégie de valorisation du territoire régional. Cette contribution revient sur la gestion de ces vestiges, en se focalisant plus particulièrement sur les anciennes plages du Débarquement et sur le devenir du « mur de l’Atlantique » en Normandie, et a pour objet de faire connaître l’action des pouvoirs publics et, plus particulièrement, le rôle du service des Monuments historiques depuis la fin de la guerre. De la réutilisation du bâti dans une région dévastée par les combats jusqu’à la fixation de la mémoire sur les derniers témoins de la bataille, cet article expose les différents facteurs qui ont contribué à la progressive patrimonialisation de ces vestiges.

Dates and versions

hal-02553054 , version 1 (24-04-2020)

Identifiers

Cite

Jean-Luc Leleu, Marie-Laure Gabriel-Loizeau. Quand tombe la frontière... Appropriation mémorielle et processus de patrimonialisation du "Mur de l'Atlantique" en Basse-Normandie. In Situ : Revue des patrimoines, 2019, Architecture et patrimoine des frontières. Entre identités nationales et héritage partagé, 38, [15 p.]. ⟨10.4000/insitu.20019⟩. ⟨hal-02553054⟩
163 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More