"Papa, maman" : noms propres ou noms de parenté ordinaires ? - Normandie Université Access content directly
Journal Articles Discours - Revue de linguistique, psycholinguistique et informatique Year : 2018

"Papa, maman" : noms propres ou noms de parenté ordinaires ?

Abstract

This paper is devoted to some uses of papa [dad], maman [mom] without a determiner, some naked uses in which they refer to a third person’s father or mother, like a possessive anaphoric phrase such as his father or his dad, or to a member of a family, like an associative anaphoric phrase such as the father or the dad. The first case is illustrated by an example like Qu’il se soit payé l’ancien appartement de Claude Zidi, soit… Papa est richissime, mais qu’il ne paye pas d’impôt!!!!, in which one could easily replace papa with son père [his father]; the second by an example like Pas loin dans une clairière, y a une famille qui casse la croûte, avec table et pliants… Papa, maman et la grande fille…, in which one could replace papa, maman, with le père, la mère [the father, the mother]. Our comparisons suggest that papa, maman are anaphoric in these kinds of uses. But is it really the case? And, in conjunction with the preceding question, are papa, maman ordinary kinship nouns here, comparable to those which enter into the formation of anaphoric nominal phrases as his father, his dad, the father, the dad? We will try to answer these questions, starting with studying the characteristics of the naked uses of papa, maman in some forms of reported speech. We can then point out that papa, maman are mainly proper names, not only in their ordinary situational uses (i.e. their uses as address terms and uses in which they refer to the speaker’s or interlocutor’s father or mother), but also in other naked uses.
Cet article est consacré à certains emplois de papa, maman sans déterminant, des emplois nus dans lesquels ils réfèrent au père ou à la mère d’un tiers – comme pourrait le faire un syntagme anaphorique possessif tel que son père ou son papa –, ou au membre d’une famille – à la manière d’un syntagme anaphorique associatif tel que le père ou le papa. Le premier cas est illustré par un exemple comme Qu’il se soit payé l’ancien appartement de Claude Zidi, soit… Papa est richissime, mais qu’il ne paye pas d’impôt !!!!, dans lequel on pourrait aisément remplacer papa par son père ; le second par un exemple comme Pas loin dans une clairière, y a une famille qui casse la croûte, avec table et pliants… Papa, maman et la grande fille…, dans lequel on pourrait remplacer papa, maman par le père, la mère. Nos comparaisons suggèrent qu’on a affaire à des emplois anaphoriques ici. Mais est-ce vraiment le cas ? Et, question en corrélation avec la précédente, a-t-on affaire à des noms de parenté ordinaires, comparables à ceux qui entrent dans la formation de syntagmes nominaux anaphoriques déterminés comme son père, son papa, le père, le papa ? Nous tenterons de répondre à ces questions en commençant par étudier les particularités des emplois nus de papa, maman dans certaines formes de discours rapporté. Nous pourrons alors souligner que papa, maman sont essentiellement des noms propres, non seulement dans leurs emplois situationnels ordinaires (c’est-à-dire leurs emplois comme termes d’adresse et les emplois dans lesquels ils réfèrent au père ou à la mère du locuteur ou de son interlocuteur), mais aussi dans d’autres emplois nus.
Fichier principal
Vignette du fichier
Salles_discours-9513.pdf (407.59 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02143312 , version 1 (29-05-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02143312 , version 1

Cite

Mathilde Salles. "Papa, maman" : noms propres ou noms de parenté ordinaires ?. Discours - Revue de linguistique, psycholinguistique et informatique, 2018, 22, [20 p.]. ⟨hal-02143312⟩
447 View
545 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More