La douceur de la patience. La patience retrouvée - Normandie Université Access content directly
Journal Articles Revue d'éthique et de théologie morale Year : 2008

The Gentleness of Patience. Patience Regained

La douceur de la patience. La patience retrouvée

Emmanuel Housset

Abstract

After regretting the disappearance of the virtue of patience from the history of ethics at the close of the medieval period, and observing its reappearance in the form of constancy/perseverance or a patience without pathos, it has become urgent to opt for the ethical courage of a patience that accompanies the other and listens, without necessarily satisfying all his desires. To understand what it means to “show patience” requires a phenomenological approach to sensitivity, if we are to reactivate the antique prestige of patience. That is what Husserl did. In this respect, he enters into conflict with Kantianism. The patience of the philosopher is fidelity to the infinite Idea. Intentional patience is described with the ethos of responsibility. For the being who undertakes “to be”, it is excellence, as Heidegger demonstrates: we become aware of Dasein when it is exposed to the world. Patience plays no role in the ethic of the law, which preserves a constitutive dimension of passivity. Patience belongs to essential thought and not to calculating thought, obsessed by goals. It is meta-ethical, in F. Rosenzweig’s sense of the term.
Après avoir regretté la disparition de la vertu de patience dans l’histoire de l’éthique après la période médiévale, et constaté sa réapparition sous la forme de constance/persévérance ou d’une patience sans pathos, il apparaît urgent d’opter pour le courage éthique d’une patience qui accompagne l’autre et l’écoute, sans répondre pour autant à tous ses désirs. Comprendre ce que « prendre patience » veut dire nécessite une approche phénoménologique de la sensibilité pour réactiver l’antique valorisation de la patience. Husserl remet en valeur le sentir dans sa dimension réflexive. Il s’oppose en cela au kantisme. La patience du philosophe est fidélité à l’Idée infinie. La patience intentionnelle est décrite avec l’éthos de la responsabilité. Elle est excellence de l’être qui a « à être », ce que Heidegger permet de comprendre : le Dasein s’éprouve à travers son exposition au monde. L’éthique de la loi ne laisse aucun rôle à la patience, gardant une dimension constitutive de passivité. La patience appartient à la pensée essentielle et non à la pensée calculante, obsédée par les buts. Elle est méta-éthique, au sens retenu par F. Rosenzweig.
Fichier principal
Vignette du fichier
La douceur de la patience.pdf (396.83 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02138560 , version 1 (23-05-2019)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Emmanuel Housset. La douceur de la patience. La patience retrouvée. Revue d'éthique et de théologie morale, 2008, 3 (250), pp.23-38. ⟨10.3917/retm.250.0023⟩. ⟨hal-02138560⟩
112 View
281 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More