Evaluation de l’effet antimicrobien d’huiles essentielles pour la médecine vétérinaire équine comme thérapie complémentaire - Normandie Université Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Evaluation de l’effet antimicrobien d’huiles essentielles pour la médecine vétérinaire équine comme thérapie complémentaire

Abstract

Introduction : Les huiles essentielles (HE), par leurs propriétés antiseptiques, antioxydantes et antimicrobiennes alléguées, constituent un complément thérapeutique face à l’émergence de mécanismes de résistance aux antibiotiques1-3. Objectifs : L’étude proposée vise à 1) comparer la composition chimique des HE retenues provenant de différents fournisseurs et 2) caractériser in vitro leurs effets antimicrobiens sur des bactéries pathogènes retrouvées notamment lors d’infections respiratoires chez le cheval. Matériel et méthodes : Les HE issues de l’origan (Origanum compactum), du thym vulgaire (Thymus vulgaris) CT thymol, du clou de girofle (Syzygum aromaticum), de la cannelle (Cinnamomum zeylanicum), de l’arbre à thé (Melaleuca alternifolia), de la citronnelle (Cymbopogon citratus) et du ravintsara (Cinnamomum camphora) ont été sélectionnées pour leur intérêt dans la phytopharmacopée en infectiologie vétérinaire. Les HE provenant de trois fournisseurs ont pu être comparées. Les composés majoritaires ont été identifiés et quantifiés par chromatographie en phase gazeuse. L’effet antibactérien a été évalué par la méthode de détermination des concentrations minimales inhibitrices (CMI) par dilution en bouillon vis-à-vis de souches de référence et de phénotype sauvage de Streptococcus equi subsp equi et zooepidemicus, Pseudomonas aeruginosa et Staphyloccocus aureus. Résultats : Concernant la composition chimique des HE, les résultats obtenus sont comparables aux données des fournisseurs et une variabilité statistiquement significative inter-fournisseurs n’a pas été mise en évidence (test de Welch, p<0,05). Quelle que soit l’HE utilisée, elles ont un meilleur effet les bactéries Gram + testées. Les CMI les plus faibles sont observées avec les HE de cannelle (de 0,01 à 0,4%) et les plus élevées avec les HE de ravintsara (de 1 à 20%). Discussion : La composition de la matière végétale à l’origine d’une HE peut varier en fonction de nombreux facteurs, notamment environnementaux1. D’après nos résultats et contrairement aux idées reçues, une HE extraite d’une même essence de plante et fournie par trois laboratoires présente sensiblement la même composition. Concernant l’effet antibactérien des HE sur des bactéries pathogènes retrouvées en médecine vétérinaire équine, nos résultats viennent compléter le peu de données disponibles. Seule la faible sensibilité de P. aeruginosa aux HE de citronnelle, de basilic (Ocimum basilicum) et de romarin (Rosmarinus officinalis) a récemment été notifiée3. Conclusion : L’effet antibactérien des HE testées sur certains des pathogènes retrouvés en médecine vétérinaire équine est ici démontré in vitro. Cette étude pose les bases scientifiques d’une évaluation clinique de l’effet
No file

Dates and versions

hal-03845665 , version 1 (09-11-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03845665 , version 1

Cite

Elena Kokabi, Sophie Castagnet, Patrick Legendre, Erika Hue, Stéphane Pronost, et al.. Evaluation de l’effet antimicrobien d’huiles essentielles pour la médecine vétérinaire équine comme thérapie complémentaire. 50èmes Journées annuelles de l'AVEF, Association Vétérinaire Equine Française, Nov 2022, Reims, France. ⟨hal-03845665⟩
50 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More