Gelées tardives et viticulture en basse et moyenne vallée de la Loire (France) - Normandie Université Access content directly
Journal Articles Climatologie Year : 2019

Late Frosts and viticulture in the lower and middle Loire valley (France)

Gelées tardives et viticulture en basse et moyenne vallée de la Loire (France)

Abstract

Night-time clear and calm weather conditions cause a highly contrasting fine-scale spatial temperature distribution, locally depending on topographic features, type of soil and land cover. The combination of meteorological and geographical features with plant phenology points out the strong sensitivity of spring phenology to the occurrence of late frosts. Spring frosts can have serious impacts on plant growth and can penalize economic sectors depending on fruit and wine production. Therefore, spring is the most monitored season. Strong frosts occurred in France in late April 2016, causing local and long-lasting (several consecutive hours) temperature records below -5°C in some lowland places. The same features occurred in spring 2017 and 2019. The study of the combined meteorological and topoclimatic features causing the spring frosts of 2016 in France was carried out in the lower and middle Loire Valley. This part of the Loire valley is one of the studied wine regions of the European project LIFE-ADVICLIM (ADaptation of VIticulture to CLIMate change: High resolution observations of adaptation scenarii). In this study, the following points are developed: the climate conditions in the geographical context of the lower and middle Loire Basin; the synoptic scale meteorology associated with late frosts and the peculiarity of spring frost compared to winter frost. The cold event of 27 April 2016 between Nantes and Orléans is analysed using a methodology that takes into account geography at fine scales. A comparative study is carried out between two nearby weather stations, representative of different local-scale geographical contexts: Romorantin, located on a valley floor with a sandy soil, and Lye, located on an open hilltop. The results show how the nested space-time scales must be taken into account to explain the contrasting temperature distribution: the synoptic scale allows frost risk triggering, while at local scale their effective impacts on the studied site to be highlighted, in terms of intensity and duration of the frost event.
Dès que la situation météorologique est propice à l’établissement d’un temps clair et calme, des contrastes thermiques importants apparaissent de nuit au gré de facteurs locaux comme la topographie et la nature des sols. Si l’on croise ces composantes atmosphériques et géographiques avec la phénologie de la vigne, le printemps s’avère être une période particulièrement surveillée en raison de l’occurrence possible de gelées pouvant hypothéquer le développement du végétal et, par conséquent, pénaliser la production de raisins impactant les filières maraîchères et viticoles. Ce fut notamment le cas en France et dans certains pays voisins fin avril 2016, avec localement des gelées sous abri fortes (inférieures à -5°C) et durables (plusieurs heures consécutives). Le phénomène s’est également produit en 2017 et 2019. Pour illustrer les combinaisons de situations météorologiques et de phénomènes topoclimatiques à risques gélifs chez la vigne, l’étude de cas porte sur la basse et moyenne vallée de la Loire, région viticole française objet du programme européen LIFE-ADVICLIM (ADaptation of VIticulture to CLIMate change : High resolution observations of adaptation scenarii). Après avoir présenté le cadre climatique général du secteur d’étude, le contexte météorologique d’échelle synoptique et la particularité des gelées tardives par rapport à celles de pleine saison hivernale, l’article analyse la géographie à échelle fine de l’événement gélif du 27 avril 2016 entre Nantes et Orléans. Un zoom sur deux stations voisines représentatives de contextes géographiques différents (Romorantin à la topographie en creux sur sol sableux et Lye sur une colline dégagée) permet ensuite de montrer comment les jeux d’échelles spatio-temporelles mènent à une répartition thermique tout en contrastes, entre l’échelle synoptique (pour définir un potentiel de gelée tardive) et locale (pour en voir l’expression effective sur le terrain, en intensité comme en durée).
Fichier principal
Vignette du fichier
CANTAT-et-al-2019_Gelées-Tardives&Viticulture_Vallée-Loire_Climatologie_Vol-16_p91-128.pdf (3.7 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02446931 , version 1 (12-11-2020)

Identifiers

Cite

Olivier Cantat, Olivier Planchon, Hervé Quénol, Edwige Savouret, Benjamin Bois, et al.. Gelées tardives et viticulture en basse et moyenne vallée de la Loire (France) : Approche géoclimatique d’un aléa météorologique majeur pour la vigne. Climatologie, 2019, 16, pp.91-128. ⟨10.4267/climatologie.1413⟩. ⟨hal-02446931⟩
257 View
304 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More