Un mythe de concorde urbaine ? : le corps de ville de Caen, le gouverneur et le roi durant les guerres de Religion (1557-1594) - Histoire, Territoires & Mémoires Access content directly
Theses Year : 2021

A myth of urban harmony ? : the city of Caen, the governor and the king during the Wars of Religion (1557-1594)

Un mythe de concorde urbaine ? : le corps de ville de Caen, le gouverneur et le roi durant les guerres de Religion (1557-1594)

Abstract

Standard historiography construes Caen as a specific case in the french wars of religion (1562-1598). Although the city was sacked by iconoclasts as soon as 1562, calm is believed to have been restored rapidly, with the Edict of Pacification signed on the 19th of March 1563 in Amboise. Different attitudes were witnessed : people getting bored of tensions between the inhabitants, civil officers acting kind-heartedly. They somehow managed to maintain calm and relative order in an otherwise torn apart kingdom. Such an assumption depicts Caen as a counterexample of what obscurantism is. Unfortunately, that premise ended up accounting for everything : the absence of massacres and longterm persecutions - though protestantism was repeatedly banned from public practise (1572 ; 1585) ; the city's opposition to the Catholic League in 1588 ; the fact that Caen rallied behind Henry IV as soon as 1589. But is a city that does not explode the paragon of concord ? Embracing a wider range of sources and actors leads to a reinterpretation of the wars of religion in Caen.
Dans la tradition historiographique, Caen est généralement présenté comme un exemple singulier durant les guerres de religion (1562-1598). Bien qu’elle ait été le théâtre de pillages iconoclastes dès 1562, la ville se serait ensuite rapidement apaisée, après la promulgation de l’édit d’Amboise (29 mars 1563). On y vit beaucoup de choses : une lassitude générale des tensions parmi les habitants, une générosité de cœur des officiers civils, catholiques et protestants, parvenant tant bien que mal à réussir le pari de la cohabitation dans un royaume déchiré. Ce postulat, qui faisait de la capitale bas-normande un contre-exemple parfait d’obscurantisme, finissait par justifier tout : l’absence de massacre ou de persécution à long terme, malgré les interdictions réitérées du protestantisme dans la sphère publique (1572 ; 1585), la résistance de la ville à la Ligue en 1588, son ralliement précoce à Henri IV en 1589. Mais une ville qui n’explose pas est-elle pour autant un modèle de concorde ? Il s’agit ici, par une considération plus élargie des sources et des acteurs, de proposer une relecture des guerres de religion à Caen.
Fichier principal
Vignette du fichier
sygal_fusion_27740-dauvin-antoine_61a8d5a50e9bf.pdf (9.33 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03469499 , version 1 (07-12-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03469499 , version 1

Cite

Antoine Dauvin. Un mythe de concorde urbaine ? : le corps de ville de Caen, le gouverneur et le roi durant les guerres de Religion (1557-1594). Histoire. Normandie Université, 2021. Français. ⟨NNT : 2021NORMC016⟩. ⟨tel-03469499⟩
315 View
395 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More